Biomood n°04 //////////////// Demain en kiosque

Dans ce numéro, on parie sur le végétal.

04-30-lucile-gomez-biomood04-illus

Ce numéro fait aussi le pari d’avoir 2 couvertures !

Cliquez dessus pour les voir en plus grand.

 

04-30-lucile-gomez-biomood04-2couv

Voici le texte de Corinne Allavena Pluvinel, la rédactrice en chef, pour vous éclairer sur le pourquoi de cette particularité.

« Deux couvertures pour un seul et même numéro.

A la une , l’obscure réalité des scandales de la viande, des vins bourrés d’intrants (même de la gélatine de porc…si, si, vous verrez !) et autres diktats de la tyrannie de l’agro-industrie dénoncés très clairement par Pierre Rabhi, dont nous portons la parole avec un immense plaisir.

Au verso , une autre couverture, dessinée par Lucile Gomez, raconte une autre vision de ce même monde.
Celle de l’abondance naturelle qui existe, que l’on méconnait, que l’on oublie et que l’on peut se réapproprier.

Quel monde voulons nous ?
BIOMOOD , coté pile ou côté face ?

Selon nos choix de consommation et nos engagements individuels, on pourra peut-être sortir de la spirale infernale dénoncée à la Une et se diriger vers un monde moins coupé de sa nature qui se dessine à la fin du magazine !

Dans cet univers où l’économique prime sur le politique, ou les multinationales sont plus fortes (et plus riches) que les états, la façon la plus radicale de faire bouger les lignes est notre pouvoir de consommateur.
Ce pouvoir, c’est nous qui l’avons, au bout de notre fourchette-entre autres.« 

Et maintenant ruez vous chez votre marchand de journaux et bonne lecture.

Biomood n°03 //////////////// En ce moment en kiosque

 

03-09-2013-lucile-gomez-biomood03-cv-700

03-09-2013-lucile-gomez-biomood03-illus-700

03-09-2013-lucile-gomez-biomood03-int-700

 

 

Le n°03 de Biomood est enfin dans les kiosques ! Comme je le rappelle à chaque fois, Biomood est un magazine indépendant, économique, écologique, pratique et féminin.

Il est cependant plein d’infos susceptibles d’intéresser aussi les hommes. Je n’ai pas encore tout lu, mais à chaque fois que je le reçois, j’ai de bonnes surprises sur son contenu. N’hésitez pas à le découvrir.

Pour commencer, je vous copie ici une petite présentation écrite par la rédactrice en chef Corinne Allavena Puvinel, sur la page Facebook du magazine.

« Biomood a été créé par un groupe d’amis, tous journalistes, sur un projet éditorial engagé: Réinventer son quotidien, en accompagnant les changements de comportement et de consommation, pour construire une société respectueuse des hommes, de la nature, et du partage.

Biomood est donc 100 % indépendant, financé sur fond propre et pour l’instant l’équipe est bénévole.

Biomood a choisi d’être imprimé en France et tant pis si c’est plus cher- pour être cohérent avec ses valeurs (faire local).

Biomood est le seul féminin vendu en kiosque à être imprimé sur du papier 100% recyclé.

Biomood a choisi de faire travailler une ESAT proche de sa rédaction pour traiter ses abonnements .

Biomood est doté d’un comité d’éthique composé d’Arnaud Greth -fondateur des jardins de Noé et de Noé conservation- Luc Audouin, -médecin sophrologue, psychosomaticien- et Frederic D’Autréaux -maraîcher bio, gérant d’un GAEC-

Biomood s’est doté d’une charte et n’accepte que les annonceurs dont les valeurs d’éco-citoyennenté et développement durable sont en phase avec ses engagements éditoriaux. »

D’ailleurs, si vous êtes un annonceur en cohérence avec le magazine, n’hésitez pas à contacter la rédaction ! Ce serait dommage qu’il disparaisse pour faute de moyen…

Je ne faisais pas partie des « amis journalistes » qui ont monté l’équipe, mais au départ j’ai moi aussi commencé à travailler bénévolement. Je ne le regrette pas du tout.

Parce que le projet me plaisait et qu’ils ont su m’inspirer confiance. Aujourd’hui, j’aimerais bien que le magazine continue d’évoluer et pense que ce serait bien que la petite équipe finisse par se payer un peu pour le travail énorme qu’elle fournit. Pour ça, Biomood a besoin d’un peu de soutient.

Bon ouikinde !

 

 

Vacances d’hiver

03-05-2013-lucile-gomez-buee-biomood500

Au début, cette image était supposée n’être qu’une esquisse. Finalement, la rédaction du magazine Biomood s’en est servi telle quelle, comme illustration. Elle accompagne l’interview de Guy Corneau, qui nous explique qu’on ne devrait pas travailler l’hiver. Je la poste ici avant que l’hiver ne soit complètement fini…

Biomood est un magazine indépendant, économique, écologique, pratique et féminin. Le n°03 sera disponible dès jeudi prochain.

En ce moment en kiosque // Biomood

Biomood est un magazine indépendant, économique, écologique, pratique et féminin.

02-11-2013-lucile-gomez-Biomood#02-CV-illus

Le n° 2 est en ce moment en kiosque, mais plus pour très longtemps : jetez-vous dessus.

Bientôt le n°3.
On espère vraiment qu’un n° 4 sera possible…

Biomood#02-CV-photo

Comme vous pouvez le voir, pendant que je ne postais pas sur mon blog, ma vie a un peu changé. Par exemple, j’ai (encore) déménagé. Maintenant, j’habite au bord de l’océan.

Dites-vous « je t’aime » dans le Métro ?

Une illustration faite pour le sondage amoureux du journal Métro, ce mois-ci. La question du sondage était : Quand votre partenaire n’est pas en face de vous, pour lui dire je t’aime, vous préférez : · L’écrire dans une lettre, sur un petit mot, un post-it · Lui dire au téléphone, · Lui écrire par sms · Lui écrire dans un tchat · Lui envoyer un e-mail · Lui écrire sur Facebook, Tweeter… · L’enregistrer en haletant sur une sex-tape · Ne pas le lui dire du tout · Le dire à quelqu’un d’autre.

SNAC

Je suis allée à Angoulême le weekend dernier, et je peux affirmer ceci : si des couples éditeurs/auteurs de bédé se forment c’est parceque -comme chez tous les couples- naît le désir. Le désir de s’unir, et de faire des livres ensemble… Que c’est beau ! Cependant, comme dans tous les couples, il existe des tabous. Bien souvent, ces deux là ont du mal à se parler d’argent. Or on ne peut pas vivre que de l’amour de son éditeur et d’eau fraîche. Je me permets donc de penser qu’il est important, de temps en temps, de parler d’argent. À tous les jeunes auteurs tellement heureux d’être édités qu’ils n’oseraient presque pas demander de rémunération en retour, à tous ceux pour qui le jargon juridique est synonyme de maux de têtes, à tous ces gens sachant écrire mais qui basculent étrangement dans l’illettrisme dès qu’il s’agit de lire un contrat, je dis : je vous comprends. Je suis tellement comme vous ! Mais je rajoute : faisons-nous aider ! J’adhère depuis quelques mois au SNAC (Syndicat National des Auteurs et Compositeurs) Non seulement, il est très intéressant de voir sur quoi se portent leurs actions et négociations, mais en plus, leur relecture d’un contrat avant signature, ainsi que leurs conseils sont très précieux. Et puis, se fédérer, c’est important. Cliquez sur l’image pour plus d’infos. Une fois par mois, je fais une illustration pour le gratuit « Métro », à propos d’un sondage sur les français et l’amour. La première question qui avait été posée était « l’argent est-il tabou dans votre couple? ». Ci-dessus, l’illustration parue. Ci-dessous, les esquisses mises de côté.

Bonne aaannée !

Non seulement 2012 n’annonce pas la fin du monde, mais on dirait qu’il n’annonce même pas la fin de ce blog. Tous les espoirs sont donc permis. ME REVOILÀ À TEMPS POUR VOUS SOUHAITER UNE BONNE AAANNÉE !!! Une année avec un triple « a » et un triple point d’exclamation, parce que selon mes critères à moi, vous êtes super. Par les temps qui courent, je n’ose rien vous souhaiter d’autre que du bonheur au fond de vos poches. Le bonheur, c’est le plus important. Et si vous n’avez pas de poches, prenez le bonheur quand même, je vous laisse décider tout seuls d’où vous le mettre. À bientôt !

programme du Festiblog et concours

Je dédicacerai le samedi 24 de 13h00 à 16h00, et le dimanche 25 de 16h00 à 19h00. Trouvez le programme entier avec dédicaces, jeux et autres animations en tous genres, en cliquant sur l’affiche. Cette année, grâce au parrain Guillaume Long le thème est la gastronomie. Miam ! Un I-Pad et des BD dédicacées (par le parrain Guillaume Longet moi-même) sont à gagner avec le concours Esprit DB/Caisse d’épargne. Cliquez sur l’image pour tenter votre chance.

Gomezilla

La dreamteam des Tounuz’? Tu parles d’une bande d’imbéciles. Quand je les croise, un soir de Festiblog, Maadiar Wouzit Dromadaire bleuet Thomas Mathieusont certes un peu éméchés (aux soirées du Festiblog on distribue de l’alcool gratuit, alors qu’on ne s’étonne pas) mais ne me paraissent pas plus louches que n’importe lequel des autres énergumènes présents. Eux et moi, ce soir là, ne nous adressons pratiquement pas la parole. Pourtant, quelques temps après, je découvre avec stupéfaction l’une de leurs oeuvres sur le net… Cette histoire de BD, élaborée à la manière d’un cadavre exquis, met notamment en scène une jeune femme, non seulement blonde et dénommée « Lucille Gomez » mais surtout… complètement nue ! C’est alors que mon copain de l’époque me dit l’air consterné : « tu pars un weekend à Paris -pour le boulot- et quand tu reviens, des types te foutent à poil sur internet. Peux-tu me rappeler quel est ton métier ? ». Cette dreamteam, ce cauchemar, sur le moment, je les ai détesté. Quelle bande d’imbéciles. Je ne voulais PLUS JAMAIS EN ENTENDRE PARLER. Finalement, au fur et à mesure qu’ils avançaient dans leur récit foutraque, j’ai lu, et j’ai trouvé ça drôle. Et puis, j’aime bien leurs dessins. Aujourd’hui, presque 2 ans après, ils sortent leur histoiresur papier. Vous pourrez vous procurer ce récit complètement déjanté et invraisemblable au prochain Festiblog L’adorable Lillay a aussi participé. Et moi, à cette occasion, comme ils me l’ont proposé, je leur ai fait un dessin, pour une page, à la fin. Comme quoi, c’était des imbéciles, mais j’ai changé d’avis.

Jours de pluie

Anne Montel et Loïc Clément sont charmants, gentils comme tout et rigolos, ils aiment les chats, le thé et les cookies, habitent à Bordeaux, sont tous les 2 nés en novembre et… bref, eux et moi avons quelques points communs. Même si, en vérité, je n’arriverai jamais à leur niveau de mignonnerie. C’est presqu’insupportable comme ils sont mignons. J’ai jamais vu ça. Je vous assure : c’est du délire ! Elle dessine. Il écrit. Aujourd’hui sort leur premier album. Il s’intitule « Jours de pluie » et parait aux éditions Gawsewitch. Ces 2 jolis sont tellement choux-bidou-mignons-wa et leurs blogs sont si gracieux et attachants, que sans même avoir lu la bd, je n’ai pas pu dire non quand ils m’ont demandé de leur faire un petit dessin. Et je ne suis pas la seule dans ce cas. D’autres dessinateurs ont répondu avec talent à leur appel. Retrouvez ici (en cliquant sur l’image) l’univers d’Anne et Loïc, et les autres illustrations faites à l’occasion de la sortie de leur livre clics Chez Anne.Chez Loïc.Chez eux.Jours de pluie sur viméo.

Où aller ?

Ce soir, vendredi 17 juin, je serai à la BPI, bibliothèque du centre Georges Pompidou, à Paris, pour une rencontre avec Pénélope Bagieuet Julie Maroh animée par Yannick Lejeune sur le thème « des bulles sur le web ». Cliquez sur l’image pour plus d’infos. Tant qu’à la belle et son loup, si vous voulez savoir où ils vont, vous pouvez toujours vous procurer « Comment je me suis fait plaquer, et autres histoires d’amour extras et ordinaires », livre collectif aux éditions Dupuis.

2 pages

Je vous mets ici 2 autres pages faites pour « Comment je me suis fait plaquer, et autres histoires d’amour extras et ordinaires », album collectif paru chez Dupuis pour vous dire que vous n’avez plus qu’aujourd’hui et demain pour aller voir cette expo avec des dessins originaux des participants. C’est à la galerie des arts graphiques (Paris 5ème). Vous pourrez voir notamment de très belles aquarelles de Loïc Secheresseou de chouettes dessins de Clotka.. Après, il ne vous restera qu’à vous procurer le livre. Pour la suite, donc : procurez-vous le livre !

Un livre, une expo, un vernissage

LE LIVRE > Comment je me suis fait plaquer… et autres histoires d’amours extras et ordinaires, sort vendredi prochain chez Dupuis. LES AUTEURS > Wandrille, Bastien Vives, Lilla, Capucine, Keussel, Clotka et Abraham Kadabra, Aseyn, Karim Friha, Lucie Durbiano, Loïc Sécheresse, Vincent Caut, MissPaty, Corentin Penloup, Thomas Cadène, Marion Montaigne et moi. L’EXPO > galerie des ARTS GRAPHIQUES (4 rue dantes, Paris 5e), du 31 mai au 11 juin. LE VERNISSAGE > vendredi 3 juin à partir de 19h. LA COUVERTURE > Le dessin de couverture est de Bastien Vivès. Et les 3 premières pages de ma participation en cliquant ici.

Comment je suis devenue…

…une figure emblématique, par surprise. J’ai été bien surprise que l’on me propose d’être marraine du Festiblog 2011. J’ai même failli ne pas y croire. Pourquoi moi ? Je ne suis pas la plus cliquée, la plus active, la plus populaire de la toile… Voilà donc qui n’arrange pas mon sentiment lancinant d’imposture. Flattée, toutefois, par la proposition, je suis ravie de participer de cette façon à cet événement bon enfant, plein de fraîcheur, de bonne humeur et de générosité. Au Festiblog, on ne brasse pas du gros pognon, on se fait la bise, on dessine, et ça ricane dans les coins… En bref, le Festiblog, c’est un peu comme se retrouver au collège, au moment de la récré. Pour accéder au site du festival, cliquez sur le dessin.

Comment je me suis fait plaquer

En septembre dernier, j’ai reçu un courriel qui disait à peu près : « Bonjour, Éditeur pour Dupuis, je prépare un projet d’album collectif, sur le thème de l’amour, et dont le titre est COMMENT JE ME SUIS FAIT PLAQUER. On m’a parlé de vous comme d’une évidence. » Qu’est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ? Sur le moment, je n’ai pas su quoi en penser. J’ai failli me vexer. Aujourd’hui, je suis heureuse d’avoir participé à ce livre, orchestré par Martin Zeller, auquel participent une kyrielle de talentueux auteurs, et qui sortira VENDREDI PROCHAIN. Je vous en reparlerai très vite, et en attendant, vous montre ici les 3 premières pages.

En Affinité

Depuis quelques mois, je participe à un magazine en ligne sur le thème de l’amour et du couple. C’est un bon sujet, non ? À cette revue intitulée « En Affinité », participent aussi la psychanalyste Sophie Cadalen, l’historienne Fabienne Casta-Rosaz, le romancier et journaliste Nicolas Rey… Le tout est régi par l’équipe de Meetic Affinity. Bref, nous sommes tous des professionnels de l’amour. (Siiiiii, je suis drôlement une connaisseuse en amour, et à mon niveau ce n’est plus de l’amateurisme. Soyez pas cyniques, s’il vous plait). Oui, vous avez bien lu « Meetic Affinity ». Je n’ai pas vraiment d’expérience en site de rencontre, mais je constate bien, dans mon entourage, que de plus en plus de couples épanouis se sont rencontrés ainsi. Vous n’y croyez pas, vous, au coup de foudre sur internet ? Eh bien, il est peut-être temps de renouveler l’idée cliché que vous vous faite de la rencontre amoureuse. Mais si, vous savez, cette idée cliché qui consiste à croire, qu’on ne peut trouver l’âme soeur qu’en suivant un chemin tracé par les étoiles. Avouez-le : combien de fois ces routes du destin étoilé vous ont-elles menées à rôder le soir, au hasard des bars et des boîtes de nuit ? Souvenez-vous : vous êtes à moitié ivre et ruiné(e), à cause de tous ces Mojitos à 16 euros censés vous désinhiber. Le volume sonore vous oblige à faire répéter 3 fois son prénom à la cible que vous vous êtes choisie, parmi les silhouettes clignotant sous la lumière stroboscopique. Comme vous n’entendez rien, vous tentez : « Gwendoline ??? Oh ! C’est charmant ! D’ailleurs, tu es charmante comme une étoile qui file sur le chemin de mon destin ». Tout ça pour réaliser au petit jour que Gwendoline n’est pas charmante du tout, et qu’en plus, il s’appelle Edwin. Le constat est clair : il n’y a pas de raisons que les rencontres soient plus foireuses sur internet qu’ailleurs… et vous, vous avez bien besoin de conseils. Pour accéder au site, cliquez sur l’image.

Ce printemps qui ressemble à l’été

Il fait tellement beau, tellement chaud, tellement bleu, que lorsque je regarde par la fenêtre, les gens qui passent dans la rue semblent tous aller, ou revenir de la plage. Croyez-vous vraiment que ça me donne envie de travailler ? Avec cette chaleur, les animaux cherchent de l’eau. Voyez ici des pigeons, des buses, des (sorte de) martinets, un rouge-gorge, un sanglier, des chevreuils, un renard, une grenouille, des poissons, des libellules, des écureuils, des papillons et des canards, venus de désaltérer sur la place de la bourse de Bordeaux. Tous sont réunis sur cette image pour un article de Sud Ouest, intitulé « Bordeaux, la vie sauvage ». Et je n’ai pas dessiné toutes les bestioles qui grouillent dans cet article, et en secret dans la ville, comme les chouettes, les ragondins, les tégénaires (grosses araignées), ou autres scorpions (eh oui ! des scorpions bordelais !).

Et bonne année

Selon un sondage BVA dont vous avez certainement entendu parler, les Français seraient les champions du pessimisme. Je n’ai pris connaissance de ce sondage qu’après avoir fait ce dessin. Réjouissons-nous chers compatriotes ! Il existe des portes de sorties !

Un truc à faire en 2011

Si vous êtes dans le coin à ce moment là… j’y serai aussi, avec l’ami Sti Pour l’affiche, j’ai fait semblant d’avoir le permis de conduire, pour dessiner la voiture qui est garée au milieu de la médiathèque d’Armentières où aura lieu l’affaire. Cliquez sur l’image pour accéder au blog du festival, voir des illustrations, des articles, des infos… Et puis, bien sûr, je vous souhaite une merveilleuse année 2011, pleine de bonheur, d’amour, de bonne santé, d’amis, de rires, d’émotions, de poésie et… de pognon ? À bientôt !

Leçon de vie

VDM = Vie De Merde. VPTDMQÇ = Vie Pas Tant De Merde Que Ça CCMV = Carrément Chouette Ma Vie CEVFPEQMESPTLTNARDTFWTF&OMG = C’Est Vrai Faut Pas Exagérer Quand Même Et Se Plaindre Tout Le Temps N’Arrange Rien De Toutes Façons What The Fuck Eh Oui Mon Gros VDM = pour ceux qui ne connaîtraient pas, c’est aussi un site drôle, où l’on va pour rire des petites mémerdes qui arrivent aux autres. Ça fait relativiser les siennes. Quoique moi, ma vie, c’est plutôt une VPTDMQÇ. C’est vrai après tout, le week end arrive, je vais voir un concert ce soir, il y a du vin dans mon placard et du cake aux fruits sur la table de ma cuisine. C’est plutôt CCMV, non ? Oh ! Ben quoi ? Oui, hun, c’est mon blog, je raconte ma vie si je veux. CEVFPEQMESPTLTNARDTFWTFEOMG En plus, c’est bientôt Noël. Tout ça pour vous dire qu’on m’avait demandé il y a quelques temps d’illustrer une anecdote du site VDM. Là, c’est un extrait. Cliquez sur l’image, pour voir l’histoire VDM illustrée en question. Et puis cliquez sur cette phrase si vous voulez lire ce que j’ai raconté en interviouve.

le temps nous rend pluvieux

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire. J’ai 30 ans !!! Je mets des points d’exclamation pour dire que malgré les pages bien mélancoliques comme il faut, je ne suis pas complètement déprimée quand même. Et puis j’ai profité de l’occasion pour faire une bande dessinée++ avec des cases++. Ce doit être la première de la décennie.Vous croyez que c’est ça, la maturité ??? Cliquez si vous voulez agrandir les images.

Révolution

Et bien oui, « faire la révolution », peut vouloir dire « tourner en rond ». Vous y aviez déjà pensé, vous ? Youhou les copains ! C’est vraiment chouette que vous passiez encore par là. C’est la première fois que je fais un truc entièrement à la tablette graphique. Vous voyez une différence ? À très bientôt !

Au feu !

Même quand j’essaie d’être sédentaire, le destin me pousse à partir… Ce matin par exemple, un incendie s’est déclenché dans l’immeuble où je loge. Pas de panique, les dégâts sont seulement matériels. Avec tout ça, je n’ai pas eu le temps de faire de dessin, alors pour annoncer mes horaires de présence au Festiblog, je recycle sans scrupules une page faite pour Kramix, avec baba et Darjeeling, dont j’ai changé le sens. Et puis je file prendre un train. Samedi 25 septembre de midi à 13h00, puis de 16h00 à 19h00. Dimanche 26 septembre de 13h00 à 16h00. Pour le reste des infos, découvrir les autres nombreux invités, connaître le programme en entier, savoir comment venir et tout le bazar, cliquez sur l’image. Venez !

La rentrée, ça pue des pieds

Je n’avais pas vraiment d’idée de titre pour cette note. Oui, ben, ça arrive (souvent). Faire une pub pour le punk, c’est un peu paradoxal, non ? Mais avouez que ça faisait longtemps que je ne vous avais pas fait la promotion de Kramix. Pour être honnête, je n’ai pas encore lu le dernier, mais j’adore Kinky et Cosy. Et puis, une nouvelle fois, des pages faites par mes soins sont à l’intérieur de ce numéro. Si vous achetez le magazine, vous retrouverez donc mes personnages Bretzelle & Baba. Dîtes leur bonjour de ma part.

Le pas d’après…

Bonjour ! Pour l’instant, j’habite au bord de l’océan, il fait bon, je profite de la plage, tout va bien, c’est parfait, je ne peux pas me plaindre. Mais après ??? Mes longues réflexions sur le sujet me poussent à aller m’installer à Bordeaux, pour quelques mois au moins… ou alors, à Paris, si je trouve quelque chose d’autre qu’un petit cagibi. Pourquoi je vous dis ça ? Et bien parce que je suis une bien grosse flemmasse qui déteste chercher des appartements, et que vous avez répondu avec tant de bienveillance à ma dernière question que je me suis dit, qu’après tout, peut-être que l’un d’entre vous avait un plan extraordinaire de logement dans l’une de ces 2 villes, pour moins de 600 euros par exemple (ou peut-être même un peu plus, ça dépend à quel point c’est extraordinaire). Hop, voilà, on ne sait jamais… Bonne journée !

Festiblog !

Salut ! Les vacances en californie, c’est fini. Je suis donc de retour en France, prochainement dans ta région (peut-être), et le week end des 25-26 septembre au Festiblog. Viens me voir ! J’ai peur que sinon il n’y ait personne… Clique sur l’image pour lire le bavardage.

Retour

Salut, oui, je fais un retour timide par ici, et c’est pas facile. Maintenant que je suis rentrée en France, il faut que je choisisse un endroit où habiter, et c’est pas facile non plus. Vous avez des idées ?

Châteaux

Salut ! À l’époque où j’ai fait ce strip pour Sud Ouest. C’est le tout premier que j’ai fait pour ce journal, je l’avais oublié. Je venais d’arriver à Bassens, pour une résidence d’auteur de 3mois. La résidence est terminée depuis 3 semaines déjà ! Je suis bien loin de Bordeaux à présent… Où suis-je ? Vous le saurez bientôt. Pour l’instant, je vous montre quelques vieilleries. Bientôt, je vous donnerai des nouvelles fraîches…

Science fiction

Ce week end, a lieu le festival __Bulles en hauts de Garonne__ » », au domaine de Séguinaud, à Bassens (33), près de Bordeaux, au bout de la ligne A, station  »La gardette, » voilà toutes les infos, je reprends mon souffle. Si vous achetez  »Sud Ouest » aujourd’hui, vous y trouverez le splendide programme de l’étincelant festival, dans un superbe supplément BD de 8 pages. Comme cette année, le thème du festival est « la science fiction », Sud Ouest a demandé à plusieurs auteurs de dessiner « leur vision de ce que sera Bordeaux dans 100 ans ». Et oui. Cette idée vous parait peut-être INCROYABLE, mais c’est pourtant vrai. haha Je vous poste là ma contribution, dans la lignée des strips que je leur fais chaque semaine. Bon, ouééé, c’est vrai que je vous préviens un peu tard pour que vous achetiez  »Sud Ouest » aujourd’hui et que vous puissiez ainsi bénéficier du magnifique supplément bd de 8 pages avec l’incroyable programme du merveilleux festival… Mais je suis comme ça moi : toujours en avance sur mon temps. Oui, en avance, parce que l’avant-garde, de nos jours, c’est accepter de ne pas aller plus vite que la musique. La frénésie d’activités à outrance, tout ça, la chevauchée infernale vers toujours plus de compétitivité, d’efficacité, d’argent… ou même de loisirs tous plus absurdes les uns que les autres (comme celui de lire ce blog par exemple)… tout ce déchaînement incessant, on le sait depuis longtemps : c’est dépassé. Je vous assure : si vous voulez être en avance, soyez en retard. Bon, je vous laisse prendre le temps de penser à cette phrase et je file, j’ai 10 millions de trucs à faire. héhé

Sales gosses

Youpi ! Encore un truc fait pour le journal Sud Ouest ! Normalement, c’est un strip (je vous l’ai remis en page pour que ce soit plus lisible, parce que toi, lecteur de mon blog, je t’aime).

Laissez passer les p’tits papiers

J’avais presque oublié que ce fou-fou de Martin Singerm’avait demandé de participer à « la chaîne du PQ » Il avait demandé à Marie Demontiaussi (qui a été plus réactive !) Faire un dessin sur du papier toilette… je me suis dit que ça ferait une note rapide (pour ne pas dire « vite torchée », parce que c’est vulgaire), et comme en ce moment, je dors très mal, j’ai fait ça. Comme le veut la règle du jeu, je passe le relai à deux personnes. J’appelle Blondeet TiboSoulciés’ils ont le temps d’effeuiller cet éphéméride molletonné.

Un strip en direct

En ce moment, dans le cadre de ma résidence d’auteur à Bassens (33), je fais des interventions scolaires auprès d’élèves de 6 à 22ans. Au cours de ces derniers jours, j’ai rencontré des étudiants en BTS électrotechnique. Ces classes sont en grande majorité composées de jeunes hommes (2 filles sur 30 en moyenne). Bref, pile mon lectorat ! Et maintenant un petit strip à lire aujourd’hui dans le journal Sud Ouest de Bordeaux. CLIQUER SUR L’IMAGE POUR LA VOIR EN PUS GRAND. Merci à eux pour leur écoute et leur sens de l’humour.

Blutch et Blutch

Les dessins que j’ai fait pour le journal  »La Charente Libre » lors du festival d’Angoulême, c’est pratique, ça occupe mon blog. L’intitulé qui m’avait été donné pour celui-ci était : « Blutch, le tire-au-flanc des Tuniques Bleues, et Blutch, l’auteur de BD, qui doit son surnom au premier. » Un matin à Angoulême, alors que je dédicaçais pour le formidable magazine « Kramix », une femme calme et classe s’est approchée de moi. Elle m’a tendu un carnet de croquis et m’a dit : « Je suis une amie de… » Je n’ai pas entendu le nom qu’elle prononçait. Non, pas entendu. J’étais fatiguéééée, m’étais couchée tard, trop tard, et avais été réveillée trop tôt par mon éditeur frappant à la porte de ma chambre. Au petit matin, on avait trouvé mon portefeuille, mon badge, et la moitié de mon sac à main (= de ma vie) étalés dans le hall de l’hôtel. Mon éditeur voulait juste ramener les bribes échouées de ma vie, et me demander de me rassembler, un peu, pour faire bonne figure face aux lecteurs. Que s’était-il passé pendant la nuit ? On ne sait pas. À cet instant, c’était le matin, et cette femme était là, devant moi, avec son calme et son carnet. « Une amie de qui ?? » J’ai bafouillé un peu grognon parce que je n’avais pas encore bu de café, et pasqu’elles sont où mes lunettes bordel ??! « Une amie de B L U T C H .  » a-t-elle gentiment articulé. « C’est son anniversaire ce soir, alors je collecte tout un tas de dédicaces pour les lui offrir. » Stupéfaction. « Ha ! Ha ! Ha ! Quelle bonne blague ! » je me suis dit. « À moins que je n’ai pas compris… S’il vous plait ? Quelqu’un a-t-il retrouvé la moitié de mon cerveau dans le hall de l’hôtel ? » Puis, j’ai ouvert le carnet, et j’ai vu. J’ai vu une quinzaine de dédicaces faites toutes en courbettes par des dessinateurs révérencieux, admiratifs et désireux de montrer leur adulation. Tous s’évertuaient à condenser en un dessin les vertigineuses louanges, les douces cajoleries et tous les éloges dithyrambiques possibles pour encenser celui qui semblait être leur idole absolue, leur exemple ultime, B L U T C H, l’utra talentueux président du festival. « C’est obscène. Rampant. Obséquieux. » j’ai pensé. « Quel manque de dignité. » Et puis, j’ai fait pareil. En plus je suis certaine que ces dessinateurs aplatis étaient tous très sincères dans leur aplatissement. Blutch, merde !

Le Temps nous égare et nous étreint

« Le Temps nous égare / Le Temps nous étreint Le Temps nous est gare / Le Temps nous est train » Jacques Prévert Comme beaucoup de festivaliers dimanche dernier à Angoulême, j’ai attendu mon train 5 heures de plus que prévu. Dans le cadre de ma résidence à Bassens (33), je fais un strip par semaine pour Sud-Ouest. Je vous ai mis ici celui que je viens de faire à toute vitesse pour la parution de demain. Et hop ! Je retourne à mon travail en retard. Le temps qui me manque m’agace tant, que voudrais le tuer.

Angoulême

Demain matin (jeudi) tôt (8h00), j’arrive (en train) à Angoulême (ville où se déroule le festival international de la bd (bande dessinée) en ce moment (du 28 au 31 janvier) ). Vers 10h00 vous pourrez entendre le son de ma voix lors d’une courte émission (en direct) sur Le Mouv’ (la radio). Le lendemain (vendredi), je dédicacerai Kramix (un nouveau magazine de bande dessinées) avec plein d’auteurs filles. Et puis vous pourrez voir des dessins (inédits) de moi (Lucile Gomez) dans le supplément bd de La Charente Libre (PQR (presse quotidienne régionale) ). On m’avait demandé de faire un truc sur Les Tuniques Bleues(Série de BD pré-publiées dans Spirou (magazine de BD jeunesse) depuis 40 ans). Je ne connaissais pas figurez-vous ! Rhô… La honte. Alors, j’ai fait se rencontrer Bretzelle, Darjeeling et le Sergent Chesterfield. Je vous mets un bout de dessin ici.

Résidence à Bassens

Depuis quelques temps, je suis logée dans le cadre de ce que l’on appelle une « résidence d’auteur » (ça claque tavu?). Jusqu’au mois d’avril, j’habite donc à Bassens (33), non loin de Bordeaux. Dans ce cadre, je ferai chaque semaine un dessin pour le journal Sud-Ouest qui couvre cette zone de la banlieue bordelaise. pom pom pom

KRAMIX !!!

Kramix est un magazine tout en bandes dessinées. __Achetez-le__, il coûte __seulement__ 2 euros !! La couverture orange fluo est de Pénélope Bagieu (vous aviez reconnu le style). Le n°1 « La preuve par meufs » est entièrement fait par des filles (Karine Bernadou, Camille Burger, Capucine, Lilla, Maly Siri, Hélène Bruller, Clotka, Domitille Collardey, Laurel, Linda Corazza, Colonel Moutarde, Florence Dupré Latour, Gally… et moi, et moi, et moi). Mais pleurez pas les garçons, dès le n°2, ce sera de la bd mixte. Bonne lecture et bon week end !

La fête des ex.

Il existe la fête des grand-mères, la fête des voisins, la fête des secrétaires… Suite à une conversation, notamment avec Boulet nous nous sommes demandé pourquoi on ne célébrait pas les ex. La note de Boulet à ce sujet m’a fait penser à des dessins enfouis au plus profond de mes tiroirs. Il y a de cela bien longtemps, après une rupture douloureuse, j’avais fait une série de petites histoires… Des histoires de BD qui mettaient en scène « Mademoiselle », son ex amoureux « Monsieur xxxxxx », et parfois, la nouvelle amoureuse de son ex… C’était parfois un peu triste, parfois un peu aigri, toujours introspectif, souvent un peu dégueu… C’était surtout un moyen de me défouler sans faire de mal à personne. Je ne pensais pas montrer ces histoires un jour, mais maintenant, je n’ai plus honte et ça me fait même plutôt rigoler. Puis je me suis dit que ce serait une illustration des dérapages que pourraient donner la « fête des ex », ou pire encore la « fête des nouveaux amoureux des ex »… Évidemment hun, rien de cette scène n’a eu lieu en réalité.

virtuel

Comme je ne mets rien sur mon blog, certains pourraient penser que je ne fiche rien. C’est faux. J’ai par exemple participé au « Dico des blogs ». Et je suis loin d’être la seule… Pour acheter l’ouvrage et en savoir plus, cliquez sur l’image. Pour ceux qui voudraient me rencontrer dans le réel, je serai en dédicace au FESTIBLOG le SAMEDI 26 SEPTEMBRE de 16h00 à 19h00, et le DIMANCHE 27 SEPTEMBRE de 13h00 à 16h00. Je participerai au Festiblog, mais je suis loin d’être la seule… Pour en savoir plus sur le programme, cliquez là là là là là Pour savoir comment venir, cliquez ici ici ici ici Allez, soyez chics, soyez choux, j’ai besoin de vous : venez !

Festiblog !

Le Festiblog c’est les 26 & 27 Septembre 2009 de 11h00 à 19h00. C’est 110 auteurs de blogs BD en dédicace gratuite ! C’est à Paris, dans le 3ème arrondissement . Et c’est coolos. Pour plus d’infos, cliquez sur l’image. Je serai au Festiblog fin septembre, mais pour l’instant je pars en vacances ! YOUPI !

Rhâââââ ! Mais Pourquoi ?!! Rhâââââ ! Mais Pourquoi ?!!

Rhâââââ ! Mais pourquoi n’ai-je pas le temps de faire des trucs pour moi ? Rhâââââ ! Mais pourquoi faut-il que je travaille même le jour du seigneur ? Rhâââââ ! Mais pourquoi le seigneur n’existe-t-il pas ? Rhâââââ ! Mais pourquoi ?… Rhâââââ ! Rhâââââ ! Mais… Mais… Rhâââââ !… Encore une esquisse non retenue pour le livre sur l’amour. Ce chapitre parle des amis, des amis copieurs, des amis pots de colle, des amis encombrants… Des amis pas comme vous donc. À bientôt les amis !

Amour fraternel

Je travaille toujours sur des illustrations pour ados dont le sujet est l’amour. Je continue ici mon petit salon des refusés avec les esquisses qui n’ont pas été retenues. Ici, une esquisse pour le chapitre 2 qui traite de l’amour dans la famille et dont l’un des intertitres est : « Frères et soeurs, l’amour vache ». (cliquez sur l’image pour une mimijolie surprise)

Rafraîchissement

« Imaginons que nous sommes sur la banquise. Dehors, il fait froid, et le vent souffle. Un jour, tes parents… » Voilà comment débute le 2ème chapitre du livre que je suis en train d’illustrer. Pourtant, au moment où je lis ceci, il fait 40° dans mon bureau, je travaille persiennes fermées, en sous-vêtements, ma main est moite, mon crayon glisse. Il s’agit d’un livre pour ados qui explique l’amour. Youpi ! Je vais enfin tout savoir ! Pour vous rafraîchir un peu en ces temps estivaux, je vous mets ici des illustrations qui n’ont pas été retenues pour le livre. Make frost, not war.

Silence

Parfois je sais être très bavarde, et parfois même, il peut m’arriver de parler à tort et à travers. D’autres fois en revanche, à l’instar de Méphistofélix, j’apprécie le silence. Ces derniers temps le silence l’a emporté. Mon silence n’était pas folichon, mais bien nécessaire. Me revoici avec l’envie de papoter à nouveau. C’est bon signe pour moi et éventuellement pour ceux qui aimeraient me lire ou m’écouter…

 
Back to top