/////////////////////// Dédicace à Bayonne ///////////////////////

Mon ordinateur m’a lachée il y a presque 2 semaines, c’est pourquoi je n’ai pas pris le temps de prévenir, mais je dédicace demain tea For Two tomes 1&2, mais aussi mes autres bouquins.

07-26-lucile-gomez-dédicace

Je sais, c’est peut-être un peu bizarre de dédicacer en plein milieu des fêtes de Bayonne… mais je ne me suis pas vraiment rendue compte quand on m’a proposé la date ! Depuis, la libraire m’a assuré que c’était une très bonne idée. On verra…

À demain, j’espère !

 

Biomood n°03 //////////////// En ce moment en kiosque

 

03-09-2013-lucile-gomez-biomood03-cv-700

03-09-2013-lucile-gomez-biomood03-illus-700

03-09-2013-lucile-gomez-biomood03-int-700

 

 

Le n°03 de Biomood est enfin dans les kiosques ! Comme je le rappelle à chaque fois, Biomood est un magazine indépendant, économique, écologique, pratique et féminin.

Il est cependant plein d’infos susceptibles d’intéresser aussi les hommes. Je n’ai pas encore tout lu, mais à chaque fois que je le reçois, j’ai de bonnes surprises sur son contenu. N’hésitez pas à le découvrir.

Pour commencer, je vous copie ici une petite présentation écrite par la rédactrice en chef Corinne Allavena Puvinel, sur la page Facebook du magazine.

« Biomood a été créé par un groupe d’amis, tous journalistes, sur un projet éditorial engagé: Réinventer son quotidien, en accompagnant les changements de comportement et de consommation, pour construire une société respectueuse des hommes, de la nature, et du partage.

Biomood est donc 100 % indépendant, financé sur fond propre et pour l’instant l’équipe est bénévole.

Biomood a choisi d’être imprimé en France et tant pis si c’est plus cher- pour être cohérent avec ses valeurs (faire local).

Biomood est le seul féminin vendu en kiosque à être imprimé sur du papier 100% recyclé.

Biomood a choisi de faire travailler une ESAT proche de sa rédaction pour traiter ses abonnements .

Biomood est doté d’un comité d’éthique composé d’Arnaud Greth -fondateur des jardins de Noé et de Noé conservation- Luc Audouin, -médecin sophrologue, psychosomaticien- et Frederic D’Autréaux -maraîcher bio, gérant d’un GAEC-

Biomood s’est doté d’une charte et n’accepte que les annonceurs dont les valeurs d’éco-citoyennenté et développement durable sont en phase avec ses engagements éditoriaux. »

D’ailleurs, si vous êtes un annonceur en cohérence avec le magazine, n’hésitez pas à contacter la rédaction ! Ce serait dommage qu’il disparaisse pour faute de moyen…

Je ne faisais pas partie des « amis journalistes » qui ont monté l’équipe, mais au départ j’ai moi aussi commencé à travailler bénévolement. Je ne le regrette pas du tout.

Parce que le projet me plaisait et qu’ils ont su m’inspirer confiance. Aujourd’hui, j’aimerais bien que le magazine continue d’évoluer et pense que ce serait bien que la petite équipe finisse par se payer un peu pour le travail énorme qu’elle fournit. Pour ça, Biomood a besoin d’un peu de soutient.

Bon ouikinde !

 

 

Des calanques et des bulles

Je serai en dédicace samedi et dimanche après-midis. Venez me voir ! Cliquez sur l’affiche pour l’agrandir. Et merci à celles et ceux qui sont venus le week end dernier, au festival « bulles en haut de Garonne ».

Trophées de l’eau

« Le droit à l’eau potable et à l’assainissement est un droit de l’homme essentiel à la pleine jouissance de la vie et à l’exercice de tous les droits de l’homme ». Tel était le thème du concours des « Trophées de l’eau », mis en place par L’Agence de l’eau Adour-Garonne. En tant que membre du jury, j’ai eu le plaisir de découvrir ce que les participants avaient proposé en photo, vidéo, objet, slam… et surtout de remettre le « trophée » de la catégorie « bande dessinée » au talentueux Lilian Coquillaud. En plus d’être talentueux, j’ai pu constater lors de la soirée, qu’il est fort sympathique (à cette soirée des trophées de l’eau, on ne nous a pas servi que de l’eau, ça aide aussi pour sympathiser). Voici les 3 premières cases de ce qu’il a fait pour le concours. N’hésitez pas à cliquer dessus pour accéder à son blog. Contrairement à un écran plat, des talons hauts, ou une semaine de vacances au ski… l’eau a cette particularité d’être vraiment vitale. Je sais que ça paraît un peu couillon, dit comme ça, mais il faudrait quand même songer à ne pas l’oublier. À part l’air, rien ni personne ne peut se vanter d’être complètement indispensable à la vie. Pour voir les travaux des lauréats du concours et apprendre plein de trucs intéressants sur l’eau, profitez de l’exposition qui a lieu en ce moment même au musée d’histoire naturelle de Toulouse Et puisque c’est dans le thème, je vous montre ici 3 cases d’un projet sur lequel je travaille en ce moment même.

À bientôt !

L’introduction du cheval de Camargue

Aujourd’hui, le facteur m’a porté un livre très intéressant. Aujourd’hui, j’ai reçu un ouvrage fantaisiste, qui propose le florilège des meilleures notes d’un BLOG À la minute où j’ai tenu ce livre entre les mains, j’ai ri. Son auteur est un joyeux zinzin. Il m’a fait participé à son entreprise loufoque. Je ne suis pas la seule qu’il ait convaincue, puisqu’au fil des pages, on retrouve aussi des dessins de Lindingre, Turalo, Pochep, Arthur de Pins, Laurel, et j’en passe… Quelques extraits de ma participation. Il y est question de l’instinct de chasse de nos petits félins domestiques, et de l’envie qu’ils ont de nous transmettre leur savoir. « Le livre  »L’introduction du cheval de Camargue en Camargue », est une étude dispensable, mais sérieuse ».  »Le Nouvel Observateur ».

 
Back to top