TOUT EST POSSIBLE mais rien n’est sûr /// le printemps

Ça se déroule sur plusieurs saisons.

Ça parle de l’entrée dans le monde du travail, d’amour, d’amitié, de doutes, de grands idéaux et de petits boulots, d’art, d’écologie, de la ville et du métro, de la campagne et de vélo…  c’est tendre et normalement, c’est aussi rigolo.

C’est l’album « Tout est possible mais rien n’est sûr » qui sortait aujourd’hui en librairie et dont voici encore un extrait.

 

 

TEPRES84-printemps-lucile-gomez-700TEPRES85-printemps-lucile-gomez-700TEPRES86-printemps03-lucile-gomez-700TEPRES87-printemps-lucile-gomez-700

 

 

TOUT EST POSSIBLE mais rien n’est sûr

Entre le jour où j’ai signé pour un album chez Delcourt et aujourd’hui, j’ai déménagé 3 fois. Je me suis séparée, j’ai vécu un célibat fou-fou et j’ai rencontré un merveilleux quelqu’un. Je suis allée quelques mois à Berlin, en Californie, en Thaïlande, en Croatie… J’ai fait 2 albums au Lombard, participé à un collectif chez Dupuis, fait des BD pour des magazines, des illustrations, des animations gif… J’ai eu un bébé.
Dans ma vie en vrac, le projet avec Yannick Lejeune (mon éditeur chez Delcourt) a parfois eu du mal à être une priorité. Parceque je doutais beaucoup, parce que je n’avais jamais eu de projet aussi ambitieux, que ça représentait beaucoup de travail, et que ça me filait un trac dingue de faire presque 200 pages à moi toute seule !
Pourtant ça y est !!! L’album est prêt ! L’éditeur l’a reçu et a pris quelques photos ici. Ça sort le 11 février. J’espère que ça vous plaira.

lucile-gomez-00

lucile-gomez-02

lucile-gomez-03

lucile-gomez-04

lucile-gomez-05

lucile-gomez-06

lucile-gomez-07

 

 

Bel automne

Pour célébrer l’arrivée de l’automne, voici les étapes de d’une image.

lucile-gomez-bel-automne

Quand j’étais étudiante, mes retours à Paris pour la rentrée de septembre me filaient toujours un peu le cafard. L’arrivée en train, ou en stop, le dos chargé, les pieds lourds, la poussière citadine qui se collait au sel et au sable,  l’odeur de pisse et de gaz d’échappement qui remplaçaient trop vite celle des chichis et des immortelles.

Aujourd’hui, je n’ai plus à faire de rentrées scolaires et j’habite au bord de la mer. Le mois de septembre est vraiment un des mois que je préfère. Bizarre.

Je vous souhaite à tous un bel automne, où que vous soyez.

 
Back to top